L'OLITHERPE

Informations :

Préparation d'un film documentaire
"L'olitherpe et la teneur de l'air" 

Réalisé par Andreas Rathgeb et Mathieu Sanchez
sortie mai 2017


L'Olitherpe
Ce nom est un condensé de Euterpe, qui était dans la mythologie grecque la muse de la musique, et de Olivier, prénom du constructeur. Térpô voulant dire « plaire » dans le sens d’enchanter…
Il
est l'instrument que j'utilise depuis une dizaine d'années. Olivier Charlet est l'inventeur et le constructeur de toutes les parties qui composent la lutherie et Carl Faia le développeur des programmations et communications entre toute les interfaces. J'en ai imaginé l'ergonomie pour une utilisation la plus musicale et la plus sensible possible afin que le geste musical soit au coeur de l'instrument.

 

 Olitherpe - Jean-Christophe Hanché

© Jean-Christophe Hanché

 

De nombreux interprètes inventent les instruments de demain et les recherches sont multiples pour que les interfaces électroniques permettent aux interprètes de s'approcher de la finesse du geste musical propre aux instruments acoustiques.

L'Olitherpe, tout comme d'autres instruments développés par des instrumentistes tels que Françis Faber, Hervé Birolini, Mathieu Chamagne, Atau Tanaka, Serge De Laubier, Hugues Genevois, Christophe Ruetsch ...  est une étape personnelle de la musicienne vers une autre manière de jouer l'électronique. La construction de l'outil,  totalement adapté à l'instrumentiste qui l'a conçu, à son histoire, à son sens de la création sonore et à sa corporalité, en fait un instrument unique dédié à l'interprétation, l'improvisation, la création sonore.

 

Olitherpe - Patricia Dallio

© Jean-Christophe Hanché

Un travail collaboratif avec Carl Faia, développeur en informatique musicale.
"Il y a des collaborations artistiques qui durent le temps d’une création : une semaine, un mois… puis, il y a la collaborations qui durent des années avec des échanges de plus en plus profonds et des approches multiformes seulement possibles par la confiance et l’expérience apportée par le temps.
Ma collaboration avec Patricia Dallio dure depuis plus de 10 ans. Nous avons commencé
la recherche d’un nouveau mode d’expression musical basé sur les anciens modes et la
technologie de la touche et du « feedback » (retour d’information) qui peu à peu est devenue un instrument de musique nouveau, unique, et complément malléable aux besoins de son interprète : l’Olitherpe.
Il est temps, après tout ce travail de recherche et de développement et tant de spectacles et de performances musicales démontrant la viabilité de l’instrument, qu’un document filmé  expose ce travail artistique et technique  condensé d'art, de technologie et de savoir faire de son interprète. Nous aurons besoin de capter et de montrer, ce qui est possible avec un tel instrument, et de partager notre recherche avec d’autres chercheurs" Carl Faia

Un film documentaire en cours de réalisation :

"L'olitherpe et la teneur de l'air" sera tourné au Château de Faverolles en Haute-Marne en juins 2016 par le réalisateur Andreas Rathgeb.
Des invités seront conviés à faire part de leurs expérimentations au cours de la création de cet instrument et évoqueront des perspectives de développements pour les projets futurs.

 

GLOSSAIRE
L'instrument est composé de nombreux éléments rassemblés et connectés à l'ordinateur :
- 3 des capteurs infra-rouge qui réagissent à l'approche des mains
- 3 des capteurs pression envoyant la mesure de la pression émise par les doigts entre lesquels ils sont positionnés
- 2 capteurs de position qui sont une sorte de potentiomètre déployé sur lequel la main chemine verticalement
- environ deux cent contrôleurs midi envoyant des données traduites instantanément par l'ordinateur composés de boutons, de potentiomètres et de curseurs
- Quatre pédales de volume, dont le signal est récupéré en midi, sur lesquelles l'instrumentiste se tient debout
- Un clavier midi de 6 octaves, un nano clavier de deux octaves, un Kaos pad et 2 Nano contrôleurs
- une interface audio et une interface midi relient toutes les données entre elles et restituent au final le son via un système de diffusion en quadriphonie.

Les logitiels : Max msp et Kore 2
Kore est un hébergeur de plugins, grm, waves etc... et de générateurs de sons de type Kontakt, Absynth etc...
J'accède en jeu à des palettes de sons ou d'instruments préparés et conçus au préalable ainsi qu'à plusieurs entrées ADC qui peuvent rececoir des sources audio via un micro. Avec ce ou ces micros il est possible de reprendre et traiter des sons concrets, un instrument, une voix etc... L'intérêt ensuite étant de rentrer ces sources dans Max Msp afin de traiter les matèriaux déclenchés. Les palettes de sons se déclenchent via deux clavier (un 5 octaves et un nano key de 2 octaves), ou d'émuler des sources en direct via un micro actionné par un partenaire instrumentiste, ou par ma voix ou des petis objets sonores.


La patch Max créé avec Carl Faia, permet de nombreux traitements simultanés, indépendants et modulables en temps réel : Time strech, Synthèse granulaire, transposer, réverb, delays, pitch, equalizer ... tous les volumes de flux sont dosés par 4 pédales. Le reste des capteurs gèrent les envois et retours d'effets et tous les contrôleurs sont affectés à des changements de paramètres de tous les effets du patch et/ou de Kore. Kore et max sont en interaction et en transparence.

A l'écoute de vos questions, remarques et propositions : contact@patriciadallio.com

 

Improvisations solo, réalisées à bord de l'Olitherpe

Juillet 2014

 

Juin 2014